« Tous les hommes ne sont pas vulnérables de la même façon ; aussi faut-il connaître son point faible pour le protéger davantage. » Sénèque

Prévention

Des personnes de tout âge peuvent être confrontées au problème de la traite humaine, même dans nos contrées à première vue plutôt paisibles. Des abus de toutes sortes, de la maltraitance, des dépendances, qui concernent aussi des enfants…La liste des situations liées à la traite humaine est longue et la situation est triste. L’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) indique que le trafic humain concerne majoritairement les cas d’exploitation sexuelle, suivi par le travail forcé, puis, dans une moindre mesure, d’autres formes de trafic humain (Rapport 2016 de l’UNODC). Selon ce même rapport, les trafiquants et leurs victimes viennent la plupart du temps du même endroit, parlent la même langue et sont de la même ethnie.

La Suisse, comme tous les pays européens et mondiaux, est touchée par ce trafic. C’est pourquoi la prévention est nécessaire !

  • Pour aider les victimes à sortir du silence
  • Pour informer des situations à risque (Lover Boy etc.)
  • Pour éviter de devenir consommateurs ou acteurs de la traite humaine
  • Pour informer la population et les autorités de la réalité de la traite humaine et des « effets collatéraux »
  • (pornographie, addiction sexuelle, etc.)
  • Pour donner des outils et des conseils
  • Pour limiter l’action des personnes abusives

Cette prévention peut prendre place dans les écoles et autres lieux de formation, par des stands, par la collaboration avec les autorités publiques, les églises et des associations ainsi que par des formations.

La prévention passe par l’information, la sensibilisation, les médias et la collaboration avec les instances politiques. Nous croyons qu’un élément indispensable et préalable à toutes ces actions est la prière.

Si vous voulez nous inviter pour une présentation, conférence ou un stand: Contactez-nous ici.

« L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine, et la haine conduit à la violence. Voilà l’équation » (Averroès)

Formation

L’ignorance et le manque d’information favorisent le développement des préjugés, des peurs, du rejet et du silence. Nous voulons contribuer à amener la lumière sur ce monde peut connu de la traite humaine en donnant des formations. Celles-ci visent différents types de personnes :

  • Les victimes, potentielles ou avérées
  • Le public
  • Les personnes ayant des contacts personnels avec des éventuelles victimes de traite humaine (notamment des équipes qui vont dans les rues) ou qui y sont intéressées.
  • Les responsables (autorités politiques, responsables d’églises, responsables d’associations, etc.).

Cliquez ici pour nous contacter.
Cliquez ici pour accédez à la prochaine formation.

Visites

Nous avons des équipes qui vont dans les rues ou qui visitent les « salons » dans différentes villes et régions afin de rencontrer les personnes qui se prostituent. Ces visites ont pour but :

  • De leur dire qu’elles sont précieuses, et qu’elles ne sont pas seules
  • De leur témoigner un amour gratuit
  • De leur transmettre une espérance quant à leur futur
  • D’établir une relation de confiance pour ensuite mieux cibler leurs besoins
  • De les encourager dans leurs différentes situations (maladie, solitude, famille, etc) et étapes de vie (recherche d’un autre travail, démarche pour un permis, etc)
  • De découvrir une victime de la traite humaine
  • De les aiguiller éventuellement vers un autre organisme afin qu’elles soient aidées.

Bien souvent, lors d’une première rencontre, ces personnes n’ont plus d’espoir, plus de sentiment de dignité, comme un carcan vide de toute émotion. Mais la flamme de vie est ranimée dès qu’une parole d’amour et de respect est prononcée à leur égard. Le feu s’embrase à nouveau, l’espoir revient, une force insoupçonnée peut les conduire sur le chemin de la liberté et de la dignité.

Témoignages

Nous avons par exemple vu Ina*, résignée à 40 ans à finir sa vie dans ce milieu, reprendre peu à peu vie, se débarrasser de son amertume, pour commencer à rêver de repartir dans son pays pour commencer une petite entreprise.

Le chemin a été long, il y a eu des découragements, mais un jour, elle nous a déclaré, des lumières dans les yeux : « En décembre, je pars. Je vais commencer mon entreprise dans mon pays, tout est organisé ». Nous lui avons dit au revoir en décembre, et ne l’avons jamais revue.

Son amie, restée dans la rue, nous a donné de ses nouvelles pendant un temps, avant de partir elle aussi.

Leonarda* se droguait pour supporter sa dure vie. Au premier regard, la confiance s’est établie. Enceinte de quelques mois, elle était dans un piètre état. Fatiguée, sans espoir d’avenir, et pourtant elle avait juste 24 ans.

Nous l’avons prise dans les bras, comme notre enfant, nous l’avons écoutée, consolée, encouragée. Elle a décidé de partir. Nous avons été en relation avec elle pendant plus d’un an. Elle nous a montrés des photos de sa fille. Mais la vie était dure. Pas d’argent. Difficile de trouver un travail. Et cette addiction… Un jour, nous n’avons plus eu de contact.

Mais elle reste dans nos cœurs. Et nous espérons que ces moments restent vivants dans son cœur.

 

 

Des abus indescriptibles, des tromperies, des peurs extrêmes…les victimes de la traite ont besoin d’être soignées et restaurées pour pouvoir vivre une vie « normale ».

Soin et restauration

Les soins et la restauration leur permettent d’entrer dans un processus de guérison des marques physiques, psychologiques et spirituelles que ces abus, tromperies et peurs ont imprimés en elles. Ils leur permettent également de se reconstruire un avenir au niveau professionnel notamment.

 

Nous croyons pour cela à une approche holistique qui comprend l’action et à la collaboration avec des professionnels de la santé physique et psychique, des relations saines avec une communauté afin de briser l’isolement, et à l’effet de la prière.

Nous contacter en cliquant ici.

Afin d’informer et de sensibiliser le public, nous publions des ouvrages et des vidéos.

Publication